Le jour où j'ai craqué

21 janvier 2017

Bonjour les gens j'ai craqué oui mais pas mon slip, nerveusement, physiquement et psychologiquement j'ai craqué !!!



Je ne fais pas ce billet pour un apitoiement mais pour témoigner qu'à un moment de la vie, tout le monde peut s'écrouler.

J'ai tenu bon pourtant pendant un loooonnnnggg moment à me faire insulter, humilier, aucunes reconnaissances professionnelles, toujours plus toujours plus, des journées à n'en plus finir, une spirale...

Longtemps stigmatisé, le burn out professionnel est désormais reconnu. 

Pour moi c'était juste un trop plein, la goutte d'eau qui a fait débordé le vase mais non c'était plus que ça !!! Mon médecin traitant me connait super bien et quand il m'a vu il m'a dit OMG mais que s'est il passé ????

Après une brève description des faits hachées de larmes, de crise d'angoisse et de crise de nerfs, le diagnostic a été posé : burn out professionnel

Moi ? n'importe quoi un burn out mais je ne suis pas faible pourtant j'ai un fort caractère et j'ai la santé (mdr) alors moi un burn out pfuuuu n'importe quoi et pourtant si je m'en suis rendue compte le jour même à bien y réfléchir.

" Mon meilleur ami m'a ramené du travail, je n'arrêtais pas de pleurer, je ne pouvais pas me calmer. Pour faire bonne figure j'ai eu le sourire à la maison, j'ai attendu que mes deux hommes partent et je me suis effondrée : crise de panique, hystérie, larmes à profusion, impossibilité d'aligner deux mots une fatigue intense la sensation de ne plus être moi la sensation d'être une merde. Je suis au fond du trou, on a même rajouté des pierres et scellé le couvercle je peux pas m'en sortir je peux pas c'est trop dur il faut que je dorme il faut que je me calme MAIS les nerfs ont pris le dessus ".

A ce moment là je me suis rendue compte que j'avais touché le fond mais pourquoi moi pourquoi je me sens ainsi pourquoi je me rabaisse pourquoi j'ai plus de jus pourquoi je n'ai plus envie de rien pourquoi je dors pas, pourquoi on dirait que je suis shootée alors que je ne prends rien POURQUOI ???

Épuisement professionnel ma belle, ce manque de reconnaissance depuis ci longtemps, ce surcroît de travail, cette mise à l'écart, cette faculté à rabaisser les gens, les insultes les humiliations, mon cerveau n'en peut plus, mon corps ne tiens plus c'est l'extinction. 

Sur les recommandations de mon médecin j'ai opéré une coupure totale avec mon milieu professionnel afin de protéger mon intégrité physique et psychologique. Il fallait que je me reconstruise.

Après une période de honte et cette sensation d'impuissance je me suis faite aidé par ma famille (présente depuis le début) dans un premier temps et mon médecin traitant, j'en ai parlé du moins j'ai réussi : c'est le premier pas.

J'ai reconnu que j'allais pas bien et que je n'avais pas à me dévaloriser de la sorte, il fallait que je me reprenne en main, il fallait que je retrouve confiance en moi, que je retrouve cette estime de moi, mais en avais je l'énergie ? Pour être honnête non, alors je me suis reposée encore et encore j'ai dormi avec des cachets je n'ai rien fait car même la lecture était devenue un supplice alors imagines le fait de bloguer.

Lorsque j'ai été un peu moins fatiguée, j'ai commencé à analyser la chose à me poser les bonnes questions, à écrire et décrire ce qui c'était passé. J'ai lu des livres sur le burn out et comment s'en sortir et j'ai beaucoup réfléchi...Ensuite j'ai accepté d'être aidé par une psychothérapeute.

Avec le temps, beaucoup d'amour et un bon coup de pied au cul j'ai relevé la tête, je me suis redressée et j'ai réappris à avoir confiance en moi, j'ai repris des forces oui ! cependant le processus de guérison est long.

Depuis le début de mon arrêt, fin novembre, et à l'heure ou je t'écris je n'ai toujours pas repris le travail car je n'en suis pas capable. 

J'ai retrouvé une partie de confiance en moi, je me sens mieux depuis une quinzaine de jour j'ai envie de faire des choses mais réellement envie pas par obligation. ( pas le make up hélas)

J'ai aussi appris que le fait de sourire apporte beaucoup, la pensée positive, un pas après l'autre. 
J'ai pris beaucoup de recul et cela m'a aidé à voir plus clair : je clarifie mes pensées et ma façon de parler, je profite pleinement du moment présent sans contrainte. 
Je suis plus à l'écoute de mon corps et des autres et je te confirme que JE NE SUIS PAS UNE MERDE, j'ai du potentiel, on m'a écrasé oui et je vais sortir plus forte de cette expérience.

Aujourd'hui je ne m'habille plus à 16 h, aujourd'hui je bouge et je fais les choses avec plaisir aujourd'hui j'ai eu envie de partager un moment avec toi.

J'ai fait une formidable rencontre (spéciale Sarah) et je pense pouvoir désormais percevoir les personnes qui me sont nuisibles. (tout le monde en à)

Demain ???? je sais pas mais je commencerai par sourire.

Prenez soin de vous.

Orelol

4 commentaires

  1. Oh ma belle .... Je t'adore .... 😘😘😘 tu es la plus forte ne l'oublie jamais Ét je serai toujours là pour toi ...

    RépondreSupprimer
  2. Franchement, bravo d'avoir couché tout ça part écrit, je ne pense pas que tout le monde en ait le courage.
    je ne trouve pas les mots pour la suite - continues sur cette voie peut etre? - et encore bravo pour le chemin parcouru

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Stéphanie merci pour ton commentaire. Il est vrai que cela n'a pas été facile cependant le fait de coucher ce que l'on pense et ressens par écrit est déjà un pas énorme.
      Dans cet article j'ai voulu démontrer que tout le monde pouvait craqué et que la remise en question était longue, le sentiment de vulnérabilité intense. Après comme on le dit souvent quand on veut on peut alors petit à petit je me reconstruis et je souris.
      Penses à sourire.
      Bisous

      Supprimer

Mon instagram

© Orelol. Design by Fearne.